Conseil, Études et Recherche

Site en travaux, excusez nous pour les éventuelles imperfections.

Géoarchéologie

Paléoenvironnements

Archéobotanique

Archéozoologie

Études géoarchéologiques

Le sol, support des activités humaines et gardien des vestiges archéologiques, est fouillé par les archéologues à la recherche d’objets et de structures permettant de mieux comprendre les activités domestiques, artisanales ou cultuelles anciennes. La Géoarchéologie est la discipline qui se donne pour mission d’étudier les sédiments qui constituent ce sol. Elle offre également de définir les contextes environnementaux des vestiges archéologiques. Enfin elle propose la chronologie de l’évolution des sites archéologiques. Pour cela elle utilise les outils de la Géographie (Archéogéographie), des Sciences de la Terre (Archéogéologie) et des Sciences du Sol (Archéopédologie).

 

Le géoarchéologue adapte ses recherches aux différentes échelles d’observation possibles. Dans un premier temps, il va définir les contextes environnementaux au-delà du secteur étudié grâce aux outils du géographe (cartographie, géomorphologie, hydrologie,…).

 

A l'échelle du site, par le biais des coupes stratigraphiques, le géoarchéologue étudie les différentes couches de terrain (unités stratigraphiques) grâce à la fois aux outils du géologue (stratigraphie, sédimentologie,...) pour comprendre leur mise en place, et à ceux du pédologue pour comprendre leurs évolutions après leur dépôt. Il donne, ainsi, la trame chronologique des processus de mise en place et d’altération des sédiments constituant les sites archéologiques.

 

Le géoarchéologue peut avoir besoin d'affiner ses observations avec des méthodes plus fines comme par exemple la micromorphologie ou l’analyse chimique (géochimie).

 

L’étude du contenu des sédiments complète la géoarchéologie et permet, notamment, la reconstitution des environnements du passé.

Études des environnements du Passé

Le contenu des sédiments est une source d’information complémentaire à l’étude géoarchéologique permettant notamment la reconstitution des environnements du passé. On parle alors d’Archéologie environnementale.

 

Les environnements ont évolué au cours du temps en fonction de différents facteurs naturels. Depuis l’avènement des sociétés humaines de nouveaux facteurs s’y sont ajoutés.

 

L’étude des paléoenvironnements a pour but de reconstituer l’histoire des environnements du Passé. Pour cela elle s’appuie sur l’ensemble des disciplines de l’archéologie environnementale. Celle-ci se situe au carrefour entre les sciences naturelles et les sciences humaines.

 

L’étude des paléoenvironnements passe par la coordination entre différentes disciplines archéo-naturalistes que regroupe la géoarchéologie et la bioarchéologie. Le champ d’étude de la bioarchéologie est la partie vivante des environnements (biosphère). Elle utilise les outils de la botanique et de la zoologie. La géoarchéologie s’occupant des autres éléments des environnements, en disposant des outils des disciplines d’étude de la Terre que sont la géographie, la géologie et la pédologie.

Études du contenu végétal des sédiments

L'archéobotanique regroupe l'ensemble des disciplines d'études des contenus végétaux des sédiments.

 

Des charbons de bois peuvent aussi être retrouvés dans les sédiments. L’anthracologie permet de déterminer les essences d’arbres dont ils proviennent.

 

Toutes les espèces végétales produisent des spores ou des pollens qui vont être disséminés plus ou moins loin en fonction de la morphologie des grains (le grain de pollen de pin possède des ballonnets qui lui permettent d’être transporté par le vent sur plusieurs centaines de kilomètres). En étudiant les pollens fossiles présents dans les sédiments, le palynologue peut reconstituer la composition du couvert végétal au moment du dépôt des sédiments. Pour cela il construit un diagramme pollinique qui indique les changements dans le couvert végétal. Il faut noter que le pollen peut ne pas être bien conservé dans certains sédiments.

 

Des autres restes végétaux sont également retrouvés comme les graines et les fruits qui seront étudiés par le carpologue.

Études des vestiges d'origine animale

L'archéozoologie regroupe l'ensemble des disciplines d'études des contenus animaux des sédiments.

 

Les ossements d’animaux retrouvés lors des opérations d’archéologie sont étudiés par l’archéozoologue et indiquent l’évolution de la faune. Des analyses chimiques peuvent être nécessaires compléter les informations (géochimie).

 

Les mollusques terrestres sont très sensibles aux variations écologiques et se déplacent peu. Les conditions d’hygrométrie et de température vont avoir un impact sur les assemblages de malacofaune. Ils fournissent des reconstitutions paléoenvironnementales spatialement très précises, souvent utiles sur les sites archéologiques. L’étude des assemblages malacologiques (malacologie) permet de reconstituer l’évolution écologique du secteur étudié.

L'ensemble des textes et illustrations sont © GéoArchÉon, leur utilisation est soumise à autorisation